LIGNES SE RACCORDANT A LA Cie.

Ligne 109  Mons - Lobbes - Chimay 

 L’Etat accord la concession dès le mois d’août 1862 à Mr Dupré mais faute de fonds celle-ci revient à la Société Philippart en avril 1865.
Le tronçon Mons – Ciply est accordé fin mai 1865 ; le 10 janvier 1868, Mons – Bonne-Espérance ; le 15 février 1868, Bonne-Espérance – Fauroeulx.
Au mois d’avril 1870, la dite société cède la ligne à l’Etat Belge. Le tronçon Thuillies – Beaumont est ouvert en 1875, en janvier 1877 c’est le tour du tronçon Fauroeulx – Bienne-lez-Happart d’être ouvert. Décembre 1880 Bienne-lez-Happart – Lobbes est à son tour opérationnel.
En 1882, la ligne prend son tracé définitif avec un nouveau raccordement d’Estinnes à Fauroeulx afin d’éviter Bonne-Espérance.
Le 10 août 1882, la ligne est opérationnelle de Mons à Chimay en passant par Lobbes, Thuin Ouest et Beaumont.

 Les lignes 132 et 134 sont actuellement en exploitation régulière par la SNCB et sont les seules survivantes d'un glorieux passé. Situées dans l'entre Sambre et Meuse, au sud de Charleroi elles s'intégraient autrefois dans un réseau très dense où presque chaque localité était desservie par le rail. Ces lignes ont ainsi assuré l'essore d'une industrie locale (bois, produits carriers, sidérurgie,...) mais contribuèrent aussi au développement du bassin industriel de Charleroi. Elles assurèrent ainsi un trafic de transit depuis le bassin lorrain, ainsi que l'acheminement du bois de soutènement pour les mines de charbon notamment.

 Ligne 132 Charleroi Sud – Vireux (France)

 Cette ligne de 61,9 km, construite par la société du Chemin de fer de l’Entre Sambre et Meuse a été construite par étape :

 
27 novembre 1848 : Charleroi-Sud - Walcourt
06 novembre 1852 : Walcourt - Silenrieux
31 décembre 1853 : Silenrieux - Cerfontaine
08 juin 1854 : Cerfontaine - Mariembourg
15 juin 1854 : Mariembourg - frontière française 

Compte tenu du rôle international de la ligne, Treignes est aménagée en gare frontière en 1902, avec son bâtiment voyageur qui servait également de poste de douane, ses sept voies de formation et une plaque tournante.
Vers 1925, un chantier de doublement de la ligne est engagé, mais jamais achevé.
En 1971, suite à la construction des barrages de l’Eau d’Heure, le tracé à du être modifié sur plus de 13 km entre Walcourt et Neuville-Sud.
Actuellement, la ligne entre Charleroi-Sud et Mariembourg est toujours en activité.
Le trafic voyageurs a été abandonné entre Mariembourg et la frontière française le 29 septembre 1963, puis au trafic marchandises le 12 octobre 1977.
La section Treignes - Vireux - Molhain a été déferrée en 1975, mais la partie entre Mariembourg et Treignes a été préservée et est exploitée comme ligne touristique depuis 1978 par le CFV3V.

Ligne 134 Mariembourg – Couvin

 La ligne 134 est une courte liaison entre Mariembourg et Couvin. Longueur et profil
5,5 km. Nombre de voies : la ligne est à voie unique sur toute sa longueur.

Cette ligne a été inaugurée en plusieurs étapes le 15 juin 1854, en même temps que le tronçon de la ligne
132 entre Mariembourg et la frontière française. Elle a été fermée au trafic voyageurs le 17 octobre 1954, puis réouverte le 03 juin 1984. Le trafic de marchandises est quant à lui abandonné sur cette ligne depuis 1995.
Elle ne dût son salut qu'au service marchandise, desservant l'industrie couvinoise (fonderies, carrières, bois, usines Donnay,...). Ce n'est qu'à la faveur du plan IC-IR en 1984, qu'un service voyageurs fut rouvert en gare de Couvin. Le trafic marchandises a depuis disparu à son tour. L'aménagement de la gare de Couvin tel qu'il est présenté ici, date d'une bonne dizaine d'années. Une des deux voies en impasses est pourvue d'un évitement permettant aux locomotives de se remettre en tête du convoi, pour repartir dans l'autre sens. Ce dispositif est rapidement devenu désuet avec l'apparition des voitures pilotes sur les convois classiques circulant sur ce tronçon jusqu'au début des années 2000, composés de voitures m2 tirées par une hld62. Plus récemment, ce furent les autorails AR-41 qui assurèrent les services, si bien que ce dispositif de mise en tête de convoi fur démonté en 2004

Ligne138A Florennes Central – Doische – Givet (France)

 Ligne d’une longueur de 24.1 km. Elle fut mise en service le 23.06.1862 et ne connu jamais la mise à double voie.

Les gares de la ligne :

Florennes Central ; Florennes Est ; Chaumont ; Villers-le-Gambon ; Merlemont Village (H) ; Merlemont ; Romedenne ; Surice ; Gimnée (H) ; Doische ; frontière

 
Ligne 154 Namur – Hastière – Givet (France)

Cette ligne a été construite par la compagnie du Nord-Belge (fusion des chemins de fer Charleroi-frontière française, Namur-Liège, Mons-Hautmont et Saint-Ghislain en 1854), intégrée à la SNCB le 10 mai 1940.
Elle a été inaugurée en deux étapes :

5 février 1862 : Namur - Dinant 
5 février 1863 : Dinant – Givet (France)

Le tronçon entre Y. Neffe et Heer-Agimont n'est plus utilisé par la SNCB depuis 1990 mais a été exploité par le chemin de fer à vapeur des 3 vallées (CFV3V) qui y proposait des circulations en train à vapeur ou en autorail durant l'été entre Dinant et Givet (F)et ce entre 1990 et 2000.

Longueur total de la ligne 47,2 km : Namur-Dinant - 28,0 km et Dinant à la frontière - 19,2 km

La ligne est électrifiée jusqu’à Dinant en 3 kV continus depuis le 27 mai 1990 sauf la voie A entre Namur et Jambes qui a été mise sous tension le 30 septembre 1988. 

 

Il est exactement
 
Publicité
 
 
Vous êtes le : 87842 visiteurs MERCI de votre visite.
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=