LES DEUX GUERRES MONDIALES


Le caractère singulier de la ligne « Hastière-Anor », trait d’union aisé entre l’Allemagne et la France, que le Prince avait entrevu mais n’avait pas pu concrétiser, n’avait pas échappé non plus à l’occupant allemand... En 1914-1918, la ligne fut utilisée par l’armée prussienne pour l’acheminement de troupes et de munitions lors de la bataille de la Somme. 

 
Htler admirant le fameux train train dénommé "Amerika" qui le transporta (une des seules photo connue du train).
[ndl Le Führer se déplaçait uniquement en "train spécial" baptisé ironiquement "Amerika" puis "Brandenburg" en octobre 1943,
 Le train spécial d'Hitler était composé de deux locomotives, un wagon blindé surmonté d'une batterie antiaérienne (Flak) de 20 mm, un premier wagon à bagages, un wagon servant de poste de commandement de "campagne", le wagon spécial du Führer, le wagon de son groupe de sécurité, un wagon-restaurant, deux wagons-lits pour les invités personnels du chancelier, un wagon "salle de bains", un deuxième wagon-restaurant, deux wagons-lits pour le personnel de bord, un wagon pour le service de presse, un deuxième wagon à bagages et enfin un deuxième wagon blindé doté d'une batterie antiaérienne.]




D'après certaines personnes, se serait le train d'Hitler. 
Photo prise à Chimay, au passage à niveau du Casino, en direction de la gare; le train se dirigerait vers Momgnies.
(Personnellement, j'en doute car le train du Führer serait passé vers 03 h du matin, en direction de Montoire.)

Pendant la guerre 1940-1945, elle vit passer le train spécial du maréchal Goering... et même celui d’Adolphe Hitler : on raconte que ce dernier convoi, garé à Boussu-en-Fagne, non loin de la tanière du Führer de Brûly-de-Pesche, a transporté ce sinistre personnage à la sinistre entrevue dans la petite gare de Montoire-sur-le-Loire, où la France du Maréchal Pétain (chef de l'État français) perdit son honneur...le 24 octobre 1940,.

Par une poignée de main très médiatisée, le vieux maréchal célèbre la «collaboration» entre la France vaincue et l'Allemagne triomphante. Il s'en explique à la radio le 30 octobre 1940 : «C'est dans l'honneur et pour maintenir l'unité française, une unité de dix siècles, dans le cadre d'une activité constructive du nouvel ordre européen, que j'entre aujourd'hui dans la voie de la collaboration (...). Cette collaboration doit être sincère...».

 La sinistre poignée de main

Plus prosaïquement, les Nazis se servirent de la ligne pour leurs trains de permissionnaires et de matériel destiné au front de l’Est, mais aussi pour des trains de camionnettes de fabrication Citroën, confisquées en France. Les Alliés – et notamment les Américains - prirent le relais après le débarquement en Normandie de juin 1944 pour ravitailler en matériel, vivres et combustible leurs armées qui progressaient vers l’Allemagne.



Le train de Goering
Il est exactement
 
Publicité
 
 
Vous êtes le : 90662 visiteurs MERCI de votre visite.
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=