L'APRES COMPAGNIE.
La SNCB repris la Cie de Chimay quelque mois à peine avant l'expiration de la première de deux concessions obtenues au XIXème siècle.
Elle garda, dans ses grandes lignes, le service voyageurs et marchandises que la Compagnie avait organisé, avec son propre matériel cette fois, vu que celui de la Compagnie, à bout de souffle, ou ne fut pas récupéré, ou eut une carrière éphémère sous le sigle SNCB.

Pour le service voyageurs, la SNCB fit circuler ses voitures GCI, qui assuraient déjà la quasi-totalité du service dans l'Entre-Sambre & Meuse. Elles étaient tractées par les locomotives type 15 et 16 du dépôt de Mariembourg.Dans les dernières années d'exploitation, on vit des autorails type 551, 608, ou 620 de Walcourt. Pour les marchandises, la remise disposait de type 81 : outre les circulations de cabotage, la SNCB mettait en ligne, tous les jours, un train GV entre Mariembourg et Anor. Il y avait aussi, en saison, le célèbre “train des pigeons” bien connu de colombophiles, et qui conduisait convoyeurs et volatiles à Momignies : cette étrange activité amenait d'ailleurs la radio belge à donner la météo gare frontière tous les dimanches matins.

La ligne Hastière – Anor n'échappa pas à la politique de simplification du réseau. Certaines branches du réseau qui étaient le moins fréquentées perdirent peu à peu le service voyageurs : Chimay – Anor le 15 novembre 1953 et Mariembourg – Hastière le 17 octobre 1954. La section Chimay – Anor fut mise au service simplifiée, Mariembourg – Doische fut mis hors service le lendemain de la suppression su service voyageurs. La desserte de Doische fut effectuée via la ligne 138 (Florennes – Vireux) jusqu'en 1966.

La SNCB prit la décision de déferrer le tronçon Mariembourg – Hastière en 1971, mais le démontage ne fut réellement fait en 1978.

La ligne 156 Mariembourg – Chimay – Momignies est classée dans la catégorie des lignes à exploitation simplifiée. La vitesse y était limitée à 40 km/h et le régime d'exploitation est celui des lignes industrielles : même numéro de train que se soit à l'aller ou au retour et un seul train sur le tronçon à la fois.

Un seul convoi parcourait la ligne jusqu'à Momignies. Celui-ci était composé de wagons qui desservait les diverses gares. Tous les trains étaient assurés par une locomotive diesel série 73 de Monceau.

Depuis le 1er janvier 1982, la section internationale Momignies – Anor n'est plus exploité régulièrement. Seuls quelques trains circulent encore entre le point d'arrêt de Macon et Anor chargés de pierre à chaux provenant des carrières de Frasnes-lez-Couvin et à destination du Nord de la France.

Depuis le 21 octobre 1987, le tronçon Mariembourg – Momignies à été exploité par la TEMCA (filiale des CFV3V). la tentative se solda par un échec en 1999.
Le tronçon Momignies – Anor est vendu au carrières Wallers en 1993. La Sté C.C.M. ( Comptoir Calcaire et Matériaux) a en sa possession 9 km de ligne d'Anor à Macon (4 en Belgique et 3 en France). La ligne est dés lors considérée comme raccordement privé.

La CCM possède un locotracteur CEM-Fauvet Girel (N° 020DE9) pour la manœuvre des wagons tandis que pour la traction de Macon à Anor, elle a possédé 2 diesel type 60 ex TEMCA ex SNCB les 6019 et 6086. La 6019 a gardé sa livrée intacte – verte à bandes jaunes- avec mention du dépôt de Merelbeke. La 6086 a porté l'inscription sur les flancs “ CCM - Carrières de Wallers”
Le Groupe Colas a obtenu sa licence d'entreprise ferroviaire, qui l'autorise maintenant à tracter ses propres trains sur le réseau français.

Depuis 2007, suite à une demande de licence déposée en mars 2006 et obtenue en mai,
Séco-rail opérera uniquement pour les besoins internes du groupe Colas, tractera les trains de granulats à partir des carrières de Wallers.

Les deux vaillantes 60 (la 6019 & la 6086) vont donc partir à la retraite, remplacées par d'autres engins de la firme ...(voir chapître Carrière Wallers)

Il est exactement
 
Publicité
 
 
Vous êtes le : 87842 visiteurs MERCI de votre visite.
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=